C’est de la triche ! Dopage instrumental / complément illustré 1

Suite à la parution de l’article précédent, j’ai reçu pas mal de demandes de photos et d’explications sur les bidouilles que j’utilise/ ai utilisées. Voici donc le premier d’une série d’articles pour clarifier tout ça…

Prenons les bidouilles par ordre ‘d’apparition’ dans l’article précédent.

Nous avons donc tout d’abord le « petit support en bambou » pour faciliter la position du pouce droit.

Support pouce 1
Support pouce 1

Chez moi, ce petit rajout est donc placé entre la clé du fa# et celle du fa. Je dis « chez moi », parce que bien évidemment, comme il s’agit d’aider la position de la main pour se rapprocher d’une position naturelle, le placement doit dépendre de chacun. Pour moi, avoir le pouce un tout petit peu à l’extérieur de la main était ce qui me convenait le mieux.

Support pouce 2
Support pouce 2

Mais il n’est pas uniquement question d’un placement « latéral » du pouce sur la flûte. Si on place la main en position de détente (il suffit de poser le coude et de laisser la main retomber par exemple), on s’aperçoit que le pouce ne va pas aussi loin que les autres doigts. Alors pourquoi vouloir faire en sorte que pour la flûte ce soit le cas? En effet, en venant placer le pouce sous la flûte pour la tenir, on crée alors un petit déséquilibre et un certain nombre de tensions musculaires… C’est d’ailleurs pour ça que le problème de la position du pouce est bien connu des flûtistes (et désespère nombre de professeurs).

Support pouce 3
Support pouce 3

Le petit support en bambou permet donc de « prolonger » la flûte, pour que le pouce puisse la porter sans que l’on ait à « l’avancer » pour autant.

Il existe dans le commerce un petit accessoire appelé « Thumbport« , qui est un équivalent de mon rajout en bambou. Le gros avantage qu’il présente par rapport à la bidouille de ma flûte, c’est qu’il se clipse et se retire très facilement (et si on veut éviter de coller quelque chose sur son instrument, ce que je comprends tout à fait, c’est appréciable). J’en ai acheté un pour me rendre compte, et je ne le trouve assez long, le recul du pouce n’est du coup pour moi pas tout à fait suffisant pour que je retrouve le même confort de jeu qu’avec ma bidouille maison. En revanche, j’en ai aussi un pour la flûte en sol (je n’ai pas collé de bidouille dessus, parce qu’il m’arrive régulièrement de la prêter), et pour le coup je préfère de loin jouer avec que sans!

Qu’il s’agisse de la version bambou ou du thumbport, c’est pour moi une aide efficace pour améliorer la détente et le confort du jeu.

6 réflexions au sujet de « C’est de la triche ! Dopage instrumental / complément illustré 1 »

  1. Ah oui, collé, carrément ! Faut oser 🙂

    Moi j’utilise le support de pouce Prima de Ton Kooiman (http://www.tonkooiman.com/index.php/products/prima). Certes il nécessite d’avancer le pouce, mais j’avais surtout tendance à mettre le mien dans le prolongement de la flûte (presque à 45° par rapport aux autres doigts). L’épaisseur qu’il rajoute permet aussi d’arrondir mieux les doigts je trouve.

    Si un jour j’ai l’occasion de tester le ThumbPort, je comparerais 🙂

    Après tout, l’important, c’est d’être à son aise pour jouer.

    1. Eh oui, collé! (ceci dit, si je voulais l’enlever je pourrais tout à fait)

      Je connais le support Prima, c’est vrai qu’il permet de corriger l’axe du pouce (ce que ma bidouille fait aussi au final, mais ce qui n’est pas le cas du thumbport), mais je suis plus à l’aise avec un recul du pouce

      et effectivement, l’important est bien d’être à son aise pour jouer!

      1. Je repensais l’autre jour à votre premier billet concernant la « triche » 🙂 J’ai toujours été étonné de la perception, en France, du plateau décalé. Rare sont les profs ne m’ayant pas fait la remarque : « C’est une flûte pour enfants, il faut grandir ».

        Depuis qu’une de mes profs m’a confirmé avoir eu des problèmes de dos à cause d’un plateau aligné, j’ai de quoi répondre 🙂

        1. C’est sûr qu’en dehors d’un certain « purisme » esthétique probablement issu de la grande époque de l’époque de flûte française, je ne vois guère d’explication à ce phénomène…Mais sur ce point précis je pense que les choses ont déjà pas mal évolué!

  2. Bonjour et bravo pour votre inventivité.
    Ce système est génial et servirait à de nombreuses personnes : professionnels comme élèves…..
    Si un jour vous pourriez réaliser un tutoriel vidéo YouTube je serai très heureuse de tester ce système sur ma flute et l’enseigner aux élèves.
    Améliorer le confort de jeu n’a pas de prix! Surtout lorsque le port de l’instrument n’est pas complètement adaptable à la morphologie de chacun…
    Par ailleurs les plateaux décalés sont une mode héritée de Jean-Pierre Rampal. Et c’est bien dommâge que seules les Flûtes semi-pros ou pros en soient dépourvues… Heureusement on peut en trouver ailleurs qu’en France.

    Bonne continuation

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire,
      pour ce qui est d’éventuels tutoriels Youtube, je ne l’envisage pas pour l’instant, mais si on m’avait dit que j’aurai un jour un blog lié à mes bidouillages diverses, je ne l’aurais pas cru, alors sait-on jamais!
      Pour ce qui est du clétage décalé, j’ai une petite élève dont la flûte en est pourvue… je ne me souviens ni de la marque ni du modèle, mais j’essaierai d’y prêter attention à l’occasion!
      Et juste une dernière remarque… l’inventivité n’est pas de moi, puisque je n’ai fait que reproduire ce que j’avais pu découvrir avec Jacques Zoon 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *