C’est de la triche ! Dopage instrumental / complément illustré 3

Et c’est reparti pour parler bidouille et cie!

Aujourd’hui on s’intéresse donc aux bouchons sur les clés.

Parlons d’abord de ces derniers. Avec un clétage en ligne la main est gauche est obligatoirement en tension pour que l’on puisse venir boucher les trous des clés. Et plus on a de petites mains, plus ça se vérifie. C’est d’ailleurs en grande partie pour ça que l’on met des bouchons sur les flûtes de nos débutants !

Moi je n’ai pas de spécialement petites mains… Mais j’ai au final quand même choisi de remettre des bouchons !

Clétage main gauche avec bouchons
Clétage main gauche avec bouchons

Alors je sais, mes bouchons sont peu visibles, et si on n’y prête pas vraiment attention, on dirait que j’ai des plateaux pleins. Mais avant de m’apercevoir que Powell propose des bouchons en argent, j’avais commencé par m’en faire en liège, puis avec des baguettes de balsa.

Bouchon Powell
Bouchon Powell (celui-là est un peu oxydé…)

Mais que ce soit de la bidouille maison ou de « l’accessoirisation » plus haut de gamme, le but est le même : permettre de boucher correctement les trous, sans avoir nécessairement à poser les doigts pile au milieu des clés. Il ne s’agit pas non plus de se tenir absolument n’importe comment, juste de pouvoir détendre un peu. Du coup, moi je joue avec 3e et 4e gauches qui sont posés sur le bord des clés. (Je vous aurais bien mis une photo, mais toute seule je n’arrive pas à en faire une qui soit probante).

Bref, en résumé, le but des bouchons, c’est de pouvoir jouer en ligne, comme si on jouait sur une flûte à plateaux décalés.

Flûte plateaux décalés
Flûte plateaux décalés (image tirée du site thomann.de)

C’est donc bien pratique les bouchons… mais ça a quand même un inconvénient : on ne peut plus faire de ‘demi-trous’ en fermant la clé en appuyant sur l’anneau, laissant ainsi le trou central ouvert. Pas très gênant dans la vie courante me direz-vous. Certes. Mais pour certains effets ou notes (glissandi, quarts de tons, harmoniques, multiphoniques…), ça peut être quand même être embêtant si on n’a pas l’habitude.

Alors pourquoi ne pas jouer sur une flûte à plateaux décalés ? Personnellement c’est simplement parce que quand j’ai achetée celle sur laquelle je joue actuellement (il y a donc 10 ans maintenant), parmi celles que j’ai essayées, il n’y avait pas de clétage décalé, ce qui ne m’avait absolument pas dérangée puisque je n’ai en fait jamais eu que des clétages en lignes. Il semblerait que la France soit particulièrement réfractaire au clétage décalé… Je ne me lancerai pas ici dans une  diatribe anlaytico-philosophique là-dessus, mais le sujet serait à questionner!

Ceci dit, un bouchon ça s’enlève au besoin, ce n’est pas une clé qui est ‘définitivement’ pleine. Au final, je n’ai plus enlevé mes bouchons depuis bien longtemps, et ça ne m’a pas empêchée de jouer des pièces de tous les styles et toutes les époques !

Il faut se dire aussi que (re)mettre des bouchons, ce n’est pas forcément TOUS les remettre. Même si j’ai un jeu complet de bouchons en argent (donc 5 pièces), je n’ai pas ressenti le besoin de me servir de ceux de la main droite, voire même ils me gênaient plus qu’autre chose. Il faut aviser en fonction des besoins de chacun. Comme toujours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *