Flûte Thibouville-Frères 3 – Démontage périlleux

Et zou !
J’attaque vraiment le travail pour cette flûte.

Première étape donc, le démontage.

Oh quelle surprise !

Je commence par l’embouchure.

Noooon ?

Le cabochon se dévisse sans souci (mis à part que ça couine atrocement, genre craie sur un tableau, vous voyez un peu ?), et la bague métallique vient avec, elle s’est décollée. À la rigueur… Tant mieux ! le bois sera entièrement ‘à nu’ pour la reprise de la fente.

Retrait cabochon, bague décollée

Le bouchon, lui par contre… Reste obstinément coincé. Vraiment. Du genre borné. Mais je le suis aussi… alors… allons-y pour la méthode brute !

Bouchon en cours de retrait

Ah bah oui, je ne disais pas brute pour rien.

‘Spèce de bourrine va !

Bref, destruction du bouchon donc. À l’heure actuelle, je n’ai pas encore fini de nettoyer les traces de liège dans la perce. Parce que méthode brute ne voulait quand même pas dire au marteau piqueur, pas envie de faire des dégâts non plus ! Je m’occuperai du peaufinage plus tard… en attendant ça permet de faire des photos rigolotes 😉

Traces de liège

Je peux ensuite commencer à démonter les clés.

Deux petites remarques en passant…

1 – Il y a des poinçons sur les clés… je regarderai de plus près, ça me dira sans doute dans quel métal elles sont

Poinçons sur les clés

2 – Les vis ne sont… comment dire… pas en très bon état. Du tout.

Détail tête de vis

Et puis grippées avec ça. Et pas qu’un peu.
Bref, tournée de dégrippant pour tout le monde !

Hips !

Clés récalcitrantes

Mais malgré plusieurs applications, que j’ai bien laissées agir à chaque fois… malgré avoir usé de toutes les petites astuces que je connais… Rien à faire, il y a deux clés dont les vis sont trop abîmées et grippées pour que je puisse les démonter.

J’en viens donc à me demander sincèrement si je vais pouvoir m’occuper de cette flûte… Et puis je décide de tenter le tout pour le tout.

Tenter le tout pour le tout… ça veut dire percer les vis, pour faire sauter le filetage. Parce que je ne vois pas vraiment d’autres solutions pour arriver à démonter tout ça.

Euh… comment dire… Percer les vis ? Avec la taille qu’elles ont ? Non mais elle va pas bien celle-là ?!

Oui, je sais, j’ai mes accès de folie des fois… J’ai donc décidé de percer les vis. Il faut dire que je commence à être plutôt bien équipée côté matériel de précision !

Outillage

Oui enfin… c’est pas parce que ton matos est potentiellement précis que toi tu l’es !

Non c’est sûr… mais qui ne tente rien n’a rien !
Bref, en combinant les atouts des deux machines, je me lance…

Aïe aïe aïe…

Je commence par faire un « pré-trou », sur la partie qui dépasse de la vis (pour rappel, on n’est pas du côté tête de la vis, mais du côté filetage)

Début de l’opération

Mais arrête-toi avant de faire des bêtises…

Puis je me lance vraiment dans la partie perçage. Mais doucement hein. Trèèèès doucement. Je ne sais plus exactement combien j’ai mis de temps, mais c’était long.

Ça avance doucement

Petit à petit, ça commence vraiment à ressembler à un trou !

En cours de perçage

Et puis au bout d’un (sacré) moment… Tadaaaaaaam !

Clé démontée!!

Nooooooon ?! Mais t’as explosé la clé et la poupée avec, c’est ça ?

Et bah même pas. Alors oui j’ai explosé la vis. Mais c’était un peu l’idée en même temps.

Vis percée 1

Et en plus… bah j’ai percé droit.

Après perçage

Bon, ok, tu as eu de la chance. Mais c’est bon, maintenant tu peux arrêter tes bêtises.

Je m’arrêterai… mais il faut d’abord que je fasse la même chose sur la deuxième vis rouillée !

?!!!

Cette fois-ci, comme je sais précisément ce que je veux faire, et comment je veux le faire, je perds moins de temps, et je suis même plus précise. La preuve, j’arrive vraiment à faire un trou DANS la vis.

Vis percée 2

Et voilà, après pas mal de temps, et de galère aussi, soyons francs… j’ai enfin réussi à démonter la flûte ! (Bon ok, pas encore le tenon de l’embouchure coincé dans le barillet, mais ça, au pire, ça n’empêchera pas la suite des travaux).

Flûte démontée

Je vous dis donc à la prochaine, pour la suite de l’aventure !

 

3 réflexions au sujet de « Flûte Thibouville-Frères 3 – Démontage périlleux »

  1. Eh bien, je ne peux imaginer faire la meme chose avec mes skis. Pourtant c est bien plus gros, pas besoin de porter des verres de contact pour presbytie!
    Félicitations, beaucoup de finesse et de persévérance.
    On attend la suite et le remontage de la flûte.
    Gwenaël

  2. Bravo pour le perçage bien dans l’axe sans avoir toucher la boule,
    c’est la bonne méthode. Les clefs sont en argent massif poinçon d’orfèvre et poinçon de garantie 1819 à 1838 (très jolie photo macro).

    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *