Les déboires d’une clarinette…

De retour après un bon moment…

Il faut croire que je ne suis pas très bidouille l’été… Mais ça fait du bien de s’y remettre !

Les circonstances du « drame » qui nous occupe aujourd’hui : Un temps très, mais alors trèèèès humide en montagne, un liège un peu lâche… Et paf. Un bout de clarinette par terre. C’est ce qui est arrivé à un jeune clarinettiste pendant le concert de fin de stage… Et un pavillon explosé, un!

Comme il jouait à peine deux morceaux plus tard, il a fallu trouver une solution d’urgence. Alors bon… on a fait une petite croix sur l’esthétisme hein

Pavillon gaffé
Pavillon gaffé

Oui du gaffer noir… Et un peu posé à l’arrache je dois dire (en même temps, je n’en avais quasiment pas, du temps !) L’important était de faire que le pavillon ne puisse pas finir de fendre quand il jouerait.

Parce que niveau fente… l’impact sur le carrelage avait déjà bien entamé les choses !

Fente 1
Fente 1

Nous étions donc face à deux jolies fentes, bien traversantes, pas de doute possible.

Fente 2
Fente 2

Et encore, sur les photos elles sont un peu moins visibles qu’elles ne l’étaient au départ, ce qui est probablement bien moins humide chez moi qu’il ne faisait là-bas !

Fentes vues de l'intérieur
Fentes vues de l’intérieur

Deux belles fentes donc, ainsi qu’un bas de pavillon bien abîmé.

Bois cassé
Bois cassé

Un petit travail de patience en perspective pour récupérer tout ça !

Avant d’attaquer les choses concrètes, je laisse poser pendant un moment un chiffon humide dans le pavillon. Puis je commence à m’occuper des fentes, que je reprends par l’extérieur et par l’intérieur.

Premier traitement des fentes
Premier traitement des fentes
En cours de travail
En cours de travail

Les fentes étant conséquente, le travail est assez long et délicat, mais se déroule sans mauvaise surprise.

Je m’attaque donc ensuite au bas du pavillon. Les deux éclats principaux avaient pu être récupérés, ce qui facilite grandement les choses, il ne me restera plus qu’une petite section à combler. Ce que je vais faire… Avec de la poudre d’ébène !

Eclats recollés
Eclats  à peine recollés, le bout manquant est sur la gauche
Poudre d'ébène
Poudre d’ébène

Je fais donc un petit mélange de poudre et de colle, et j’applique tout ça grossièrement sur l’endroit à combler.

Impact comblé
Impact comblé

Il me reste ensuite à poncer un peu tout ça pour que l’on se rapproche de la courbe extérieure du barillet.

Reprise impact
Reprise impact

Bien sûr, les réparations ne sont pas invisibles… Mais après un petit huilage de finition… On ne s’en sort pas si mal !

Pavillon réparé
Pavillon réparé

4 réflexions au sujet de « Les déboires d’une clarinette… »

  1. Un grand grand merci, magnifique travail, le reste de la clarinette attend avec impatience le pavillon même si c’est pas « l’élément indispensable » de l’instrument c’est très bien expliqué, ça mérite une petite pub à mon conservatoire encore merci ! Maël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *