Musée des instruments à vent – La Couture-Boussey

Ah le mois de mai… (je sais on est en juin, mais laissez-moi terminer quand même). Ah le mois de mai… le retour du printemps (euh…) le début des beaux jours (hein?), les jours fériés et les ponts qui créent de longs week-end (ah ça par contre!)… Et c’est justement grâce à un de ces week-end un peu rallongé que j’ai pu partir dans l’Eure.

Salle principale du musée
Salle principale du musée

Dans l’Eure? Sérieusement? T’as pas trouvé plus exotique?

Et bah oui dans l’Eure. Il y avait certainement plus exotique… Mais dans l’Eure il y a La Couture-Boussey. Et donc le musée des instruments à vents. Et toc.

Et puis en plus c’est très joli l’Eure. Nah.

Ivry-la-bataille
Ivry-la-bataille (depuis le château ou le chemin qui y monte, je ne sais plus exactement)

Je disais donc, je suis partie passer un week-end dans l’Eure. Parce que ce coin là, c’est un peu le berceau français de la facture d’instruments à vent. Et que dans ma petite tête de bidouilleuse passionnée, je me disais qu’un jour j’irai y faire un tour. Et bah maintenant, c’est fait. (Donc maintenant je me dis qu’un jour je retournerai y faire un tour!).

Si le musée est à La Couture-Boussey, j’avais choisi un logement à Ivry-la-Bataille. Si si, ça a son importance. Parce que c’est à Ivry-la-bataille, qu’était implantée une des manufactures de la lignée Thibouville. (Ça y est, vous commencez à voir où je veux en venir? Non? bon bah je continue alors…). Et que c’est justement cette manufacture qui a été reprise et transformée en gîte… et la rénovation a été faite autour du thème de la manufacture d’instruments! C’est un très bel endroit, qui réserve plein de petites perles historiques et musicales.

Dans la cuisine/salle à manger du gîte
Dans la cuisine/salle à manger du gîte

Pour plus de précisions et de photos de ce bel endroit (qui est en plus tenu par un trèèèèès grand connaisseur de l’histoire des Thibouville), je vous laisse aller consulter le site internet de l’île des Thibouville.

Mais venons-en maintenant au prétexte initial de ce périple normand: le musée de La Couture-Boussey.

En 1887, une vague de grève dans la région conduit à la fondation du syndicat des ouvriers finisseurs en instruments de musique. C’est ce syndicat qui créera à son tour le musée l’année suivante, en 1888. Il ne s’agit alors encore que d’une salle d’exposition au sein de la mairie.
Si le musée sert donc à la base à défendre la qualité du travail et des savoirs-faire locaux (la facture d’instruments et d’accessoires représentait une énorme partie des emplois et de l’économie à ce moment là), il a aussi un but pédagogique. En effet, il permettait aux futurs facteurs de venir étudier directement les instruments.En juin 1983, le musée est transféré dans ses locaux actuels, par le conseil municipal et avec la participation de Leon Leblanc, doyen des fabricants.

Le musée a donc aujourd’hui un peu plus de place (même s’il en mériterait encore bien plus vu la proportion d’instruments exposés comparée à celle de ceux qui sont en réserve). Mais même s’il n’est pas grand, on peut y découvrir et y apprendre pas mal de choses :

  • Sur l’importance de la manufacture des instruments dans l’histoire de l’Eure
  • Sur l’histoire de La Couture-Boussey et des facteurs d’instruments de la région : On commence à peu près avec les Hotteterre, et il reste encore aujourd’hui une manufacture (Marigaux à La Couture-Boussey) ainsi que deux usines « d’annexes » (Hérouard & Bénard, fabricant d’accessoires pour instruments à vent, et RC Tampons Musique, spécialiste des tampons, ressorts, résonateurs et rivets, à Ezy-sur-Eure).
  • Sur les méthodes, outils et matériaux de fabrication, ainsi que sur leur évolution au fil du temps

    Tour à pointer exposé au musée de la Couture-Boussey
    Tour à pointer exposé au musée de la Couture-Boussey
  • Et bien sûr, on peut admirer de nombreux instruments, qu’ils soient anciens ou tout à fait récents, assez loufoques ou plus conventionnels, qu’ils s’agisse de copies ou d’originaux. La guide que nous avons eu pour la visite a su nous montrer des petits détails, qui nous auraient sans doute échappés sans elle!
  • Chaque instrument est accompagné de sa petite fiche où l’on peut trouver moult indications:  nom du facteur, lieu de fabrication, date, matériaux…
  •  

    Dans la série des instruments qui m’ont surprise, il y avait par exemple cette flûte là (excusez le montage photo mal fait, mais je n’ai pas réussi en faire une d’un seul tenant). Une flûte basse à 5 clés, du XIXe siècle… j’ai adoré! (Bon j’aurais encore plus adorer pouvoir savoir comment elle sonnait, mais on ne peut pas tout avoir non plus).

    flûte basse d'après C.Delusse (XIXe)
    flûte basse d’après C.Delusse (XIXe)

    Dans la série des flûtes basses, il y en a aussi une de Djalma Julliot, et sa particularité… c’est de ne pas être coudée! Une flûte basse droite… Il faut s’y mettre à 3 pour la jouer? Un qui souffle, un qui fait la main gauche, et un qui fait la main droite?

    Et pour citer un troisième instrument plus récent… Voici un hautbois Marigaux, de 2007, qui a été fait avec un matériau bien particulier, l’altuglass. (Le clétage est en maillechort doré).

    Hautbois Marigaux
    Hautbois Marigaux

    Bref, avec tout ça, la visite du musée aura duré pour moi plus de 2h30… Et encore je n’ai pas tout vu en détail, loin de là! (En plus comme c’est quand même un petit musée dans une toute petite ville, on a eu droit à une visite guidée avec une médiatrice pour 2 visiteurs… du luxe!) C’est une vraie mine d’informations pour celui qui aime les instruments et/ou la facture.

Le musée propose aussi des visites thématiques tout au long de l’année. (Et des visites express le mardi midi si je ne me trompe…)

Cette petite excursion aura donc été très riche et très chouette!

L’Eure semble donc bien mériter son statut de « berceau de la facture instrumentale ».  C’est un élément à tel point important, que le département a lancé en juillet 2014 une opération d’inventaire du patrimoine lié à la fabrication d’instruments de musique dans le canton de Saint-André-de-l’Eure. Une base de donnée en ligne est en cours d’élaboration.

Quelques petites sources et liens pour ceux qui veulent aller plus loin...

Le site du gîte d'Ivry-la-Bataille
http://www.thibouville.com/accueil.html

La page du musée sur le site de la Couture-Boussey (où l'on trouve notamment une petite visite virtuelle)
http://www.lacoutureboussey.com/?file=pg25-2_fr


5 petites vidéos sur La Couture-Boussey, le berceau des instruments à vent:
http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/musique-classique/feuilleton-la-couture-boussey-berceau-des-instruments-a-vent-55-89516

http://www.eure-en-ligne.fr/cg27/accueil_eure_en_ligne/sphere_competences/thematique_culture/conservation_departementale_du_patrimoine/inventaire_facture_instrumentale

La page facebook du patrimoine de l'Eure:
https://www.facebook.com/patrimoinesdeleure


4 réflexions au sujet de « Musée des instruments à vent – La Couture-Boussey »

  1. Alors là , ça devient de plus en plus passionnant ! Tu nous instruits et nous fait voyager …. Merci « bidouilleuse de génie » !!!!

  2. Merci pour ce si magnifique descriptif tellement passionnant d une région et d un musée dédiée au savoir faire de ses habitants au profit des Musiques!!.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *