Piccolo Boehm 3 – Le bois

Une fois tous les éléments métalliques retirés, je peux tranquillement m’occuper du bois.

Un bon dépoussiérage s’impose d’abord. Je remarque à ce moment là que la bague à l’extrémité de la flûte est mal collée, je la retire donc.

bague pied décollée
bague pied décollée

Puis je passe à l’étape bain d’huile. Mais par crainte que les éclats remarqués au niveau des vis ne bougent trop, je remets ces dernières en place avant d’immerger le piccolo. Et c’est parti pour 48h…

en cours de huilage
en cours de huilage

Après le huilage, je fais un premier nettoyage du bois, en insistant particulièrement sur les zones qui présentent des moisissures, puis je replonge le piccolo dans l’huile pour quelques heures. Ensuite, deuxième nettoyage, et je laisse l’instrument s’égoutter en position verticale.

après le huilage
après le huilage

Une fois que le bois a fini d’absorber l’huile restante, je peux m’occuper des petits travaux à faire. L’embouchure ne présente que quelques griffures très superficielles, le corps lui montre des traces d’impacts et de colle en plus du bois qui a bougé au niveau de certains trous de vis.

exemples détails du bois
exemples détails du bois

Le travail est un peu délicat étant donné la position de la plupart des petites choses qui nécessitent d’être reprises, mais je n’ai pas de mauvaise surprise et parviens à un résultat convenable sans trop de problèmes. Bien sûr, les impacts restent un peu visibles, et pour ce qui est des éclats des trous de vis, je les fixe et les consolide pour éviter qu’ils ne re-bougent par la suite mais je ne cherche pas non plus à les éliminer totalement.

après le travail du bois
après le travail du bois

 Il ne me reste plus qu’à me pencher sur la petite fente qui s’était révélée lors du retrait du liège du tenon.

fente réparée
fente réparée

Et voilà pour ce qui est du bois !

embouchure
embouchure

3 réflexions au sujet de « Piccolo Boehm 3 – Le bois »

  1. Quel travail! et quel beau blog! Tu es une pro dans tous les domaines ! Bravo! Avec tout mes encouragements pour la suite

  2. Effectivement, quand tu parles de « bain d’huile », c’est un vrai bain !!! Mais je vois que tu laisses des vis… Ca ne craint pas le métal dans l’huile ? (Je me doute que le liège et les tampons n’apprécient pas plus que ça…)

    1. Comme je nettoie le métal après, ça ne pose pas plus de souci que ça 😉
      et là le but était que le bois ne se déforme pas trop au niveau des trous de vis justement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *