Un peu d’histoire : Isidor Lot

Juste quelques mots en passant sur Isidor (ou Isidore) Lot…

Isidor Lot (aussi connu sous le nom de Thomas Isidor) naît le 20 janvier 1832 à La Couture-Boussey*, dans une famille de tourneurs-facteurs et luthiers.

Du côté paternel : son grand-père, Thomas Lot (*1759 – +1829) était tourneur de bois. Son père, Thomas Guillaume Lot (né en 1802) était lui facteur d’instruments.

Du côté maternel : son grand-père, Jean-Baptiste Martin (l’aîné) (*1755 – +1821) était luthier. Sa mère, Madeleine Martin (née en 1805) était sans emploi.

Il suit les traces paternelles et devient lui aussi facteur. Le 11 février 1865, il épouse Joséphine Marie Colombel (née à La Couture-Boussey le 15 janvier 1846). Il meurt chez lui à l’âge de 53 ans,  le 4 juillet 1885.

Arbre d'ascendance Isidor Lot
Arbre d’ascendance Isidor Lot – image prise ici – arbre plus complet par

Outre Guillaume et Isidor, la famille Lot aura aussi compté beaucoup d’autres facteurs et luthiers parmi lesquels :

  •  Thomas Lot II (*1676 – +1750) à La Couture Boussey
  • Thomas Lot III (* 1708 – + 1787) établi à Paris de 1736 à 1785
  • son frère cadet Martin Lot (* 1718 – + 1785) établi à Saint Germain en Laye
  • Claude Lot – luthier (* 1805 – + ?) établi à Paris
  • et bien sûr Louis Esprit Lot (* 1807 – + 1896), à Paris, qui sera avec son associé Vincent Hypolite Godfroy le premier à commercialiser en France les flûtes système Boehm (à partir de 1837 pour les perces coniques et 1847 pour les perces cylindriques).

Pour ceux qui voudraient plus de détails sur la généalogie des Lot… je vous laisse aller farfouiller par

Isidor Lot a remporté une médaille de bronze à l’exposition universelle de Paris  de 1878. (Je ne sais pas pour quel(s) instrument(s)). A sa mort, la production est reprise par Thibouville-Coudevillain (qui se spécialiseront dans les flûtes et remporteront eux aussi un prix lors d’une exposition universelle de Paris, en 1889).

*Lieu important de la facture instrumentale à cette époque, si l’on en juge par le nombre de facteurs qui y étaient présents.

Sceau Isidor Lot
Sceau Isidor Lot

Sources :

Site du facteur Pierre Etchegoyen : http://www.flutesbaroques.com/

Annexe p.39 du mémoire La flûte traversière à une clé, l’art du facteur au service de la pratique musicale, à l’époque baroque et aujourd’hui. de Céline Dulac

http://flutehistory.com/index.php3

http://luthiervents.blogspot.fr/

http://gw.geneanet.org

Langwill : Index of wind-instrument makers (4th edition)

Une réflexion sur « Un peu d’histoire : Isidor Lot »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *